Categorie Méditation

Adieu, maman !

Le brusque départ de son petit logement fut un bouleversement pour chacun de nous. Finies pour nous les virées mensuelles à Lunéville, les visites avec elle dans les Vosges. C’était triste de la voir diminuée, elle si altruiste, visitant des connaissances dans les EHPAD, leur apportant une part de tarte maison ou de gâteau confectionné toujours avec amour. Préparant avec cœur chaque semaine des repas équilibrés, pour ceux qu’elle appelait « les clochards », c’est-à-dire des gens sans le minimum de ressources ou de chaleur, organisé par la paroisse et dont la plupart des produits étaient fournis par la Banque Alimentaire.

C’était pénible de la voir diminuée, et petit à petit, même de ne plus nous reconnaître...

Témoin presque dans sa blanche vieillesse

J’ai vécu déjà près de 29000 jours ! Ça paraît beaucoup pour un nouveau-né mais c’est si peu comparé à l’éternité. La Bible dit (Psaumes 90 v 10) : « Les jours de nos années s’élèvent à soixante-dix ans et pour les plus robustes à quatre-vingt ans. ».

Et pourtant, c’est la « vie montante » où je n’ai jamais été aussi près de l’Éternité où chaque jour est un jour de grâce. Quel privilège de pouvoir dire chaque matin : « Ma vie t’appartient Seigneur, utilise-moi comme Tu le veux ». Ce serait si facile de vouloir jouir d’un repos bien mérité. Pour moi, le repos c’est être là où Dieu me veut, et agir avec Sa force comme Il le veut...

Évangélisation dans le train (2)

Dès cet instant, j’ai eu vraiment à cœur de présenter l’Évangile chaque fois que l’occasion se présentait. J’avais en mémoire l’épisode malheureux avec Claude, tué accidentellement le lendemain du jour où je l’avais retrouvé, pensant que j’aurais le temps plus tard de lui parler du Sauveur. Je m’équipai donc d’Évangiles et de traités présentant clairement et simplement le plan du Salut.

L’occasion m’a été donnée en particulier, lorsque par la suite, je fus amené à partager une fois par mois la Parole de Dieu dans le baraquement style cité ouvrière de la sympathique famille Mougel à Blainville-sur-L’eau.

Je faisais le trajet aller-retour en train. Un jour, je vois un jeune homme en train de lire un missel...

Évangélisation dans le train

Après ma rencontre personnelle avec le Seigneur Jésus, huit mois environ après mon retour en Algérie, je n’avais toujours pas de véhicule. J’avais sagement fait convertir mon permis militaire en permis civil dès ma reprise dans la vie active, mon patron ayant tenu sa promesse de me garder la même place dans le même bureau. Mon seul moyen de locomotion était le train.

C’est ainsi qu’un jour, j’ai à cœur d’aller visiter Jean-Marie, un vieil ami du lycée qui venait d’entrer au séminaire à Nancy pour de longues études philosophiques et théologiques. Jean-Marie avait toujours été très attiré par le domaine religieux...

Dieu nous parle

Dieu parle par des gens sans grande valeur morale ou spirituelle…

Job 33 v 14 : » Dieu parle tantôt d’une manière, tantôt d’une autre, et l’on n’y prend point garde. »

Je suis toujours étonné de la manière dont Dieu nous parle. Au Psaume 32 v 8, il dit : « Je t’instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre. Je te conseillerai, j’aurai le regard sur toi. »

Évidemment, j’ai compris que Dieu m’instruit par Sa Parole que j’aime lire chaque jour. C’est une nourriture pour mon âme. Hébreux 5 v 4 nous apprend que « la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l’usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal. Jésus disait : Jean 4 v 32 « J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas...

Dieu parle en prison

Quelle bonne idée maman, tu as eue ! Afin que son fils aîné ne soit pas trop dépaysé de se retrouver dans une ville nouvelle, de s’occuper tout seul de lui. Fini la bonne soupe de maman ! Au boulot, mon gars, si tu veux vivre en bonne santé, il faut que tu te débrouilles pour la popote, le ménage, les courses… car je ne possède RIEN en dehors d’un lit, d’une armoire en fer (achetée d’occase à un lycée), d’un living offert par un couple qui lassé du sien, en a acheté un plus moderne, sur lequel j’entasse des dizaines de livres chrétiens qui sont toute ma richesse. Quelqu’un a dit : « Mes bouquins, c’est moi ! ». Ma cuisine comportait le strict minimum.

Alors, chaque jour, le facteur me livre l’Est républicain et ses nouvelles locales, nationales, et internationales...

Fontaine, je ne boirai pas de ton eau

J’ai essayé depuis ma conversion à Christ en 1963, de motiver chacun, de former une équipe, et de l’entraîner en étant avec eux.

Il est rapporté que pendant la guerre du Kippour, beaucoup plus d’officiers israéliens sont morts au combat que d’officiers égyptiens. Car les premiers disaient « Suivez-moi » (et ils partaient en tête) tandis que les seconds disaient « Allez-y, en avant »
Retenant la leçon, très vite, dès que ce fut possible, je motivais les chrétiens à témoigner, utilisant toutes les bonnes volontés, et me joignant à eux. Allons-y !

C’est ainsi qu’un jeudi après-midi, nous nous retrouvons à six : quatre ados sans grande expérience spirituelle, une maman convertie, et moi...

Madame Richalet

Nous sommes en 1974, je pense. Les missions sous tente existent déjà depuis vingt ans peut-être. Au centre de la tente, il y a un grand poteau en bois au centre, qui la soutient. Un jour, par grand vent, ce poteau se cassera et Mr Naudin le voisin de notre salle qui est menuisier, en refera un beau tout neuf.

Cela n’affectera pas notre moral car nous venions d’apprendre un petit chœur: « Louez le Seigneur, même quand le ciel est gris. Louez le Seigneur, le désespoir s’enfuit, car Dieu notre Père exauce nos prières. Sa présence est certaine. Sa promesse n’est pas vaine. Louez le Seigneur ! »

L’atmosphère est bon enfant mais nous manquons d’expérience car nous n’osons pas ouvrir la Bible de peur de faire de faire « envoler notre auditoire comme des moineaux...

DE SOLO A DUO (13)

Frère Kennel m’avait bien recommandé, pour aller à une réunion en semaine :
– Téléphone au Pasteur Jean Petterschmitt de Mulhouse, qui a ouvert une salle de réunion à Thann.
Obéissons ! Depuis une cabine, chic, je l’ai du premier coup ;
– Bonjour, Frère, je suis André Kestel, collaborateur de Frère Kennel. Je viens m’enquérir des horaires et des lieux de réunion à Thann.
-Ah, Frère, c’est le Seigneur qui t’envoie. Dimanche je dois aller prêcher en Allemagne. Tu me remplaceras à Mulhouse et jeudi, un Frère ira vous chercher et ramener pour la réunion de Thann.

Même là, (à Villers-sur-Thur) il n’y a point de repos pour toi (Esaïe 23 v 12) 🙂

Le dimanche, bus jusqu’à Mulhouse et prédication dont je n’ai gardé aucun souvenir...

DE SOLO A DUO (12)

Comme nous avons été gâtés ! Par le beau temps, certes, par la présence bénie du Seigneur, oui, et par l’amitié de tous ces gens qui ne me connaissaient pas et qui nous ont comblé de toutes sortes de cadeaux, des dizaines que Frère et Sœur Kennel se sont donnés la peine d’embarquer et de déposer dans notre « sweet home » lorsqu’il me remplacerait pour une réunion. Notre « salle à manger, salon, bureau, chambre à coucher », car en plus de la cuisine nous n’avions qu’une pièce, mais lumineuse et de belle dimension. Le bonheur ne dépend pas de la surface de l’appartement, car selon la formule, « avec de l’argent on peut acheter une maison mais pas un foyer ».

Peu auparavant, à la vue de mon appartement « spartiate » quelqu’un m’avait dit : « Vous savez, j’ai une grande et...