Categorie Méditation

Il faut que tu vives

Nous sommes en 1956, un soir d’hiver, nous avons décidé de jouer à cache-cache. C’est moi qui colle et dois compter jusqu’à 200. Je prends mon temps. Il fait nuit, le ciel est constellé d’étoiles que j’admire. Et soudain, curieusement, une pensée me traverse : « Dans notre maison de 14 locataires, (tous des ouvriers de l’usine logés à des prix minimes) tout le monde a une religion mais personne ne pratique. Cette religion ne sert qu’aux enterrements. Personne ne s’occupe de Dieu… ».
Alors, avant de me jeter à la recherche de mes camarades de jeu, je prends une décision qui me paraît héroïque (j’avais 15 ans) pour ce milieu dit « déchristianisé » mais qui en réalité ne l’a jamais été :
– Si personne ne s’occupe de toi, moi je m’occuperai de toi !
Héroïque en paroles, m...

Sauvé par un clochard

Une lecture de ce matin m’a interpellé.

Un ami de Charles Simon, prédicateur du 19e siècle, a découvert que même après sa retraite (suite à 54 ans de ministère) celui-ci continuait à se lever très tôt tous les jours pour prier et étudier les écritures. Lorsqu’il lui suggéra de lever le pied, il a rétorqué :  -Je devrais maintenant arrêter de courir de toute mes forces alors que la ligne d’arrivée est en vue ?

Personne ne sait réellement quand sa ligne d’arrivée sera en vue. Pour ma part, j’ai à peine 50 ans de ministère mais je réalise qu’il faut que je l’applique à raconter toutes les choses merveilleuses vécues avec mon Créateur.

Je suis au printemps 1971 à Chaumont, où j’exerce mon ministère depuis moins d’un an...

Jésus mon avocat

J’ai encore fait, sous le soleil de plomb espagnol de ce mois d’Août 1968, de bien intéressantes expériences.

Lorsque le soleil dardait un peu moins de ses rayons en fin d’après-midi, j’allais un peu m’aérer sur les chemins sinueux de cette région montagneuse. Un jour, j’aperçois une simple jeune femme entourée de 3 marmots en bas-âge, agrippés à sa robe comme une garde fragile. Elle portait sur sa tête un très gros fagot de bois morts. Sans doute pour faire cuire le repas car ici bien sûr, il n’y a pas de gazinière. Ce qui me surprends dans ce charmant quatuor des temps reculés, c’est le fait que cette femme chante à tue-tête...

Sans compromis

Je viens de relire les fragments de la biographie de William Borden (1887-1913), fils et héritier légitime du milliardaire et propriétaire des produits laitiers Borden. À la fin de ses études secondaires et avant d’entrer à l’université, 2 événements changèrent à tout jamais le cours de sa vie.

Le premier : sa rencontre percutante avec le message de l’Évangile. Après avoir entendu la prédication du célèbre évangéliste Moody, William reconnut son besoin de Dieu, fit l’expérience d’une repentance profonde et donna sa vie à Christ.
Le deuxième : ses parents lui offrirent, avant d’entrer à l’université, un tour du monde comme cadeau. Ce fut pour lui l’occasion d’ouvrir les yeux sur la réalité de la pauvreté sévissant dans les différents pays qu’il visita...

Surprises du confinement…

Josué 24 v.17 : « C’est lui […] qui nous a gardés pendant toute la route que nous avons suivie. »
Je suis très conscient, qu’à travers les circonstances de ma vie, j’ai été gardé. Gardé du découragement.

Je suis à Dellys en Kabylie, en mars 1962, pour un stage de sous-officier. Nous sommes environs 50 dans une vaste salle avec des lits à deux étages et une grande table. La promiscuité ne me gênerait pas outre mesure, s’il n’y avait la radio. Des dizaines de jeunes recrues ont un poste radio branché sur des fréquences différentes et lorsque vous rentrez dans le « dortoir », vos oreilles sont agressées par un brouhaha assourdissant.

Le Créateur nous a cependant doté d’une grande capacité d’adaptation...

Un temps de formation

Le lecteur de la Bible constate qu’après le baptême de Jésus, l’Esprit de Dieu descend sur lui comme une colombe avec l’approbation de Dieu par cette parole qui se fit entendre des cieux : « Celui-ci est mon fils bien-aimé en qui j’ai mis toute mon affection. » (Matthieu 3 v.17). Il y a ensuite le chapitre 4, celui de Sa tentation terrible et victorieuse.
Le disciple n’étant pas plus que le maître (Matthieu 10 v.24 ) l’année 1968 fut très formatrice pour moi.

Mon ami Marcel Vernier m’avait confié pour 8 jours sa librairie évangélique à Strasbourg et parlait de m’en faire donation si j’avais l’appel à servir Dieu de cette manière...

Cas d’urgence !

Combien nous avons besoin que Dieu nous garde dans notre vie morale ! Combien nous sommes fragiles ! Ce n’est pas David, un homme selon le cœur de Dieu (Actes 13 v.32) qui me contredira, lui qui s’est fait lamentablement piéger sensuellement alors que ses troupes étaient au combat …
Un homme de Dieu a dit un jour que dans ce domaine, nous étions tous dans la même arène, aux prises avec les mêmes combats. Si je dévoile des moments intimes de ma vie personnelle, c’est pour affirmer que même dans les moments les plus délicats, là où on est le plus fragile, le Seigneur est prêt à nous aider. Il en est capable.

Nous sommes en février 1962, je termine mon stage de dactylo à Beni Messous. Un camion nous amène très tôt à la gare d’Alger...

Glorifier Dieu par sa mort

Hiver 1992 à Reims. Nous sommes un vendredi soir, c’est la réunion de prière à laquelle assistent des personnes qui, pour la plupart, sont des chrétiens engagés dans l’église. Aussi, dans la communion personnelle avec Dieu, ai-je préparé un message encourageant pour ceux qui se sont donnés à Christ, et combattent pour Lui dans la prière. Je suis satisfait du message reçu, il va faire du bien à l’église ! Ah, mais ce soir-là, il y a un imprévu… et je devrais toujours « prévoir l’imprévisible » …

Ce soir-là, 4 jeunes étudiants, étrangers à la foi mais curieux, viennent « voir ce que c’est »...

Dieu aime les jeunes (3)

Oswald est un jeune de ma rue, nous nous connaissons, nous nous saluons. Il a en cette année 1963 quelques années de moins que moi. J’ai décidé depuis quelques mois de confier ma vie et mon avenir à Christ et j’ai eu l’occasion d’avoir quelques partages rapides avec lui. Il sait désormais que je suis chrétien et c’est sans doute ce qui l’incite à me partager un problème qui, je le sens, l’angoisse :
– Je travaille aux usines de chaussures Bata, sur une chaine. En face de moi, se trouve une jeune femme mariée qui je le sens, me fait des avances (il a un physique agréable). Je n’ai pas du tout le désir de répondre à ses avances, mais je me sens de moins en moins armé. Je suis de plus en plus attiré mais je ne veux pas, car elle est mariée !

J’apprécie l’honnê...

Dieu aime les jeunes (2)

Ah, mon frère Hallal ! Un jeune marocain de 18 ans, rencontré lors d’une distribution de prospectus dans son village entre Chaumont et Neufchâteau. La personne qui lui a parlé et l’a contacté m’avait dit : – Je suis sûr que ce jeune va venir ! Je l’ai donc attendu dans la prière.

Un dimanche, alors que le culte est commencé, un homme d’âge et un jeune entrent et prennent place au premier rang où il restait 2 places libres. Je les observe pendant la prédication. Hallal, c’était bien lui (je l’ai appris par la suite) est très attentif. Son compagnon est plus distrait, il est fort possible qu’il ait une connaissance toute relative du français.
La prédication terminée, nous allons passer à la sainte cène, le partage du pain et du vin en souvenir du Sacrifice de Chri...