Archives mensuelles juin 2020

La négligence

Deutéronome 32 v.10 :
« Il l’a trouvé dans une contrée déserte, Dans une solitude aux effroyables hurlements; Il l’a entouré, il en a pris soin, Il l’a gardé comme la prunelle de son œil, Pareil à l’aigle qui éveille sa couvée, Voltige sur ses petits, Déploie ses ailes, les prend, Les porte sur ses plumes. L’Éternel seul a conduit son peuple. »

Oui je le confirme : Dieu nous garde comme la prunelle de son œil. Il me revenait en mémoire, hier, comment Il m’a gardé lors d’un accident. Yvan, un de mes amis, était un garçon sensible. Sensible à la nature (il travaillait aux espaces verts à la ville) et sensible aussi à l’Évangile, quand je lui en parlais.
– Je te promets, André, je t’accompagnerai un jour.
A vrai dire il me disait cela chaque fois que je le r...

Gardé !

John Newton (1725 – 1807), l’ancien capitaine de marine pratiquait le commerce des esclaves. Il a composé lui-même son épitaphe, que l’on trouve encore dans le cimetière où il repose.
« John Newton, ancien incroyant et débauché, serviteur d’esclaves en Afrique, mais par la grande miséricorde de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ gardé, transformé, pardonné et choisi pour prêcher la foi qu’il chercha longtemps à détruire. »

Je retiens le mot « GARDÉ ». Dans Esaïe 49 v.15 et 16, il est dit : « Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle allaite ? N’a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles ? Quand elle l’oublierait, Moi je ne t’oublierai point. Voici, je t’ai gravé sur mes mains ; tes murs sont toujours devant mes yeux. »
Repassant ces chos...

Voir la mort de près

Lorsque j’étudiais à l’Institut Biblique, la prof d’histoire nous avait demandé d’écrire une biographie d’un personnage qui nous avait plu et j’avais choisi Bernard Palissy (1510-1590). Il a découvert les émaux, œuvres artistiques débordantes de vie et de coloris : statuettes, vases, aiguières, coupes, plats ornés de poissons, de reptiles, de fruits, d’insectes, flambeaux, corbeilles, groupes représentant des sujets de l’histoire sainte …
Ce qui m’avait frappé, c’est son adhésion à la Réforme qui l’a conduit à la prison malgré la protection, entre autres, de Catherine de Médicis, grande admiratrice de son art.
Appelé à Paris, il travaille au Louvre...

Le pardon

Je suis impressionné par la vie de Frances dit Fanny Crosby.
Elle aurait pu avoir toutes les raisons de se prendre en pitié et d’être malheureuse. Cette américaine de petite taille, née le 24 mars 1820 dans une famille pauvre, devient aveugle suite à une erreur médiale alors qu’elle n’est encore qu’un bébé. Le médecin de famille étant absent, c’est une erreur de son remplaçant, un charlatan, qui fut la cause de sa cécité.
Son père meurt avant qu’elle n’ait un an. Les soins de sa mère et de sa grand-mère font naitre dans son cœur une attirance pour les choses spirituelles. Quand elle est en âge de comprendre, sa maman lui explique ce qu’est la cécité et que Dieu lui a ôté un don afin de lui en donner un autre. Ainsi elle ne se révolte pas...

Les choses faibles

Dans mon culte personnel de ce matin, un verset me saisit:

« Plusieurs Samaritains de cette ville crurent en Jésus à cause de cette déclaration formelle de la femme : Il m’a dit tout ce que j’ai fait. Aussi, quand les Samaritains vinrent le trouver, ils le prièrent de rester auprès d’eux. Et il resta là deux jours. » Jean 4 :39-40
Quelle formidable histoire à mes yeux. Jésus aime les samaritains de la même manière qu’Il aime tout le monde. « (…) Dieu notre Sauveur (…) veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. » 1 Timothée 2 :4

Comment toucher ce peuple méprisé par les juifs (Jean 4 :9) ? Les juifs en effet n’ont pas de contact avec les samaritains...

La puissance du témoignage

D’autres collègues ont, je pense, été interpelés par Christ en moi.

Le 1er fut mon patron, M. Lefevre. Il m’avait embauché comme « temporaire » 5 mois avant mon départ pour l’armée. Sur l’instance de son fils avec qui j’avais eu des rapports d’estime et d’amitié, M. Lefevre m’avait dit : -Je vous donnerai des cours de Philo en vue du concours car sans l’obtention de ce concours je ne peux pas vous garder… Je vous préviens, il y a 300 places pour toute la France et déjà 3000 candidats !
Je dois avec reconnaissance me rappeler qu’il prenait de son temps, à 13h chez lui pour m’indiquer comment se déroulait le concours, me donner des sujets et des corrections…
C’est certainement grâce à Dieu et à lui, que j’ai pu non seulement réussir le concours mais êtr...

Témoigner par sa vie

Il n’est pas facile d’être un témoin de Christ sur son lieu de travail où, bien entendu, notre employeur (l’État en ce qui me concernait) ne nous paye pas pour partager nos états d’âme ou notre foi. Ce n’est donc pas chose facile parce qu’on est scruté, analysé et nos paroles et nos actes sont pesés.

Dans le bureau où je travaille, il y a plusieurs fois par an, des files de personnes qui viennent régler leurs impôts. La plupart ne le font pas de gaieté de cœur (je le comprends) et il y a souvent rixes à mon guichet : « J’étais là avant vous », « Vous m’avez pris ma place ! »
Il m’est arrivé plusieurs fois, quand je suis sur le point d’exploser, de laisser un court instant la cohue mécontente et indisciplinée pour me réfugier aux WC...

Dieu souverain

Nous arrivons après 23 heures chez frère Kennel qui nous attendait beaucoup plus tôt. Après m’avoir proposé une tisane, il m’annonce :
– Dès lundi, nous partons à Chaumont pour une semaine d’évangélisation. D’ailleurs, nous aurons une équipe d’Anglais et de Suisses.

Chaumont ? Beuurrkk ! Je garde un très mauvais souvenir de cette salle de réunions, l’ancien café des Tanneries, resté inoccupé pendant un temps. L’humidité a fait travailler le plâtre qui a formé de grosses boursoufflures, qu’ont crevées de petites mains juvéniles. Quand on chante, il tombe de petits morceaux de plâtre faisant croire qu’il neige – ça sent le moisi des lieux inoccupés et non chauffés trop longtemps...

Des chemins tout tracés

Comment Dieu va-t-il me diriger ? Je ne le sais pas encore, mais Lui le sait. « Il ne refuse aucun bien à ceux qui marchent dans l’intégrité » (Psaumes 84 v.12) alors ma part est de Lui demander et de m’attendre au meilleur pour moi.
Mamita, la cuisinière espagnole de l’Institut biblique me dit un jour : – André, yé wou woi, ye sait wotre problème et yé prie pour wou !
Depuis sa fenêtre aux nombreuses vitres, elle voyait en effet les nombreux étudiants soucieux de rechercher le plan de Dieu pour leur avenir et priait pour eux. Merci Mamita !

Toujours à l’écoute de la volonté de Dieu pour moi, je me lève très tôt un matin afin de me rendre au salon des garçons – là, tout est calme encore, la ruche n’est pas encore éveillée et je me sens bien dans un face-à-face avec mon Cr...

Dieu le rémunérateur

Il n’est pas facile de connaître la volonté de Dieu. Nous sommes (je suis) si impatients. Ne pourrions-nous pas recevoir un télégramme du Ciel ? Ce serait plus simple mais voilà… La Bible nous dit : « Or sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu crois que Dieu existe et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent. » (Hébreux 11 :6).

Comme les copains de l’institut biblique, en mai 1969, je me demande « Seigneur, que veux-tu que je fasse ? »...