Leçons du confinement (1)

Ma pharmacienne m’a dit: « Et maintenant, restez confiné ! »

Le soir même, un pasteur de mes amis me téléphonait avec ce message: « André, j’ai vraiment à cœur de te dire que tu dois absolument rester confiné sans sortir du tout ! Tes enfants t’amèneront des vivres. »

Des vivres. Quel mot sympathique… M’aider à vivre ! Pendant la guerre 39-45, on parlait de « ravitaillement » !
D’après le Larousse, ce terme signifie « Marchandise répondant aux besoins essentiels ». Et aussi  « Denrées nécessaires ».
Ce qu’il faut retenir de tout cela ?
  • 1ère leçon: apprendre à se passer du superflus Leçon de modestie.
  • 2ème leçon: j’apprends que je suis, vu mon âge et ma pathologie, une personne VULNÉRABLE. Leçon d’humilité.
Il ne s agit plus de dire  » – Je ne crois que ce que je vois » ! Un minus virus, invisible à l’œil humain, peut très vite nous terrasser…
Hier, un de mes petits fils est venu nous offrir des yaourts au lait de chèvre; une de mes filles des bouchées à la reine au veau (un régal apprécié ce midi) et ma belle fille quelques livres.
C’est la 3ème leçon : se préoccuper des autres, chercher à faire plaisir, des gestes gratuits d’amour désintéressé. Ils sont tellement appréciés dans ces temps confinés, temps de de craintes et d’incertitude.
– André