DE SOLO A DUO (2)

 

La sympathique équipe féminine me quitta après ce temps fixé. Avant leur départ, la seule jeune fille française me dit à ma grande surprise : – Nous avons prié et continuerons à prier pour que Dieu vous accorde une épouse engagée pour poursuivre l’œuvre engagée à Chaumont.

J’ai longuement réfléchi à ces paroles. C’est vrai qu’être célibataire offre des avantages, possibilité d’être plus disponible, plus engagé à fond dans l’œuvre de Dieu. Il y a aussi des désavantages qui peuvent être source de piège ou de chute.

Je pense à cette chrétienne qui m’a un jour mis en garde car une toute petite nouvelle de 13-17 ans environ racontait qu’elle était fiancée avec moi. Tiens, bizarre…Je n’étais pas au courant !

Il y a eu aussi cette femme opulente aux pieds bots, qui m’invitait à la visiter afin de prier pour un de ses petits gamins pris de démangeaisons. Elle élevait seule ses enfants, cinq je crois, manifestement de pères différents si j’en crois la texture de leurs cheveux et la pigmentation de leur peau. Lorsqu’elle me parlait, elle avait un châle qui bizarrement n’arrêtait pas de tomber, dévoilant une tenue impudique. Elle tentait alors de caresser ma main mais je la retirais fermement, à tel point que j’ai décidé de ne plus la visiter seule.

Un dimanche soir, une jeune fille de St Dizier qui participe à notre réunion du mardi sonne vers 21 heures. Elle est accompagnée d’une jeune femme qui a environ mon âge…
– Je vous l’amène, elle ne sait pas où loger
Je lui demande si elle a mangé : – Non.
Je partage mon repas de pâtes qu’elle dévore avec grand appétit.

Lorsque j’essaie de lui chercher une solution, elle répond à mes questions par des banalités. Il est tard et la journée a été longue. Je lui dis :
– Pour ce soir, je vais vous offrir l’hospitalité dans une petite chambre indépendante jouxtant notre salle de réunion et demain, nous chercherons une solution à votre problème. Il y en a une, Dieu s’intéresse à vous, à votre avenir, et saura vous la montrer
A ma grande surprise, elle me répond
– Je ne veux pas dormir dans votre pièce.
– Ah bon, mais alors où voulez-vous dormir ?
– Je veux dormir avec vous.

Je constate alors que qu’elle a un visage avenant et juste à ce moment, l’adversaire de mon âme me souffle: « Profites-en, personne n’en saura rien ». Heureusement, la présence du Seigneur en moi balaie fort rapidement cette suggestion. Et je peux lui dire fermement :
– Soit vous dormez dans cette pièce, soit vous partez !
Elle me répond non moins fermement : – Alors je pars !
Naïvement, je lui demande :
– Mais où allez-vous dormir ?
Je ne vous dévoilerai pas la réponse… C’était une pauvre jeune femme habituée au racolage des hommes !

Ces épisodes répétés sur un court laps de temps m’interrogent. Quelle est la pensée de Dieu à ce sujet ? Il suffit d’aller Lui demander… Je ressors de ce moment de communion intime avec mon créateur, avec un cœur tout disposé. Je me rappelle lui avoir dit : – Je suis disposé à rester toute ma vie comme cela, à la seule condition que tu m’aides dans les moments critiques et difficiles. Maintenant, si tu veux que je me marie, je suis d’accord mais je ne chercherai pas, tu devras tout diriger et m’éclairer.

Peu de jours plus tard, lors de mon culte personnel, je m’aperçois que dans le livret « Le lecteur de la Bible » se trouve une publicité pour une semaine de convention biblique à Guetwiller avec la participation trois leaders chrétiens qui ont marqué et enrichi ma vie spirituelle.
Il y a le pasteur Chapal qui a été aumônier dans les sanatoriums, homme de Dieu rayonnant à la très riche expérience; Claire Lise de Benoit, appelée « grande sœur » dont le livret « C’est vrai » m’avait inspiré par sa clarté dans la présentation du plan de Dieu pour le salut de l’Homme et (waouh!) Roy Hession dont le livre «Le chemin du calvaire» est un de ceux qui m’a le plus marqué par sa profondeur.

Méditant sur la richesse de ces intervenants, je sens dans mon cœur une forte impression : – Je veux que tu y ailles !
Cette conviction m’amuse… Après avoir additionné le prix de la pension, le voyage aller-retour Chaumont Guetwiller, et dix francs pour l’achat et l’envoi éventuel de cartes postales, je dis à Dieu avec une pointe d’ironie :
– Promis, si tu m’envoies 200 francs, je m’inscris. Tout en pensant : n’aie pas d’illusions, tu n’as jamais reçu une somme pareille…

 

Tous ceux qui m’ont conduit par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu
Romains 8 : 14

Dieu fait toute chose belle en son temps.
Ecclésiaste 3 : 11

 

– André

Tags:  ,