Un secours qui ne manque jamais (2)

Alors, bien sûr, quand vous réagissez avec le désir d’agir, il faut le faire avec des actes de foi. L’adversaire va tout faire pour vous décourager. Et c’est ce qui se passe.

Tiens, ce soir, une nouvelle personne à notre réunion !
-Bonsoir, soyez la bienvenue ».

Et nous faisons connaissance. Elle est aide-soignante au service des Anorexiques. Tiens, tiens, elle pourra peut-être nous aider, nous donner des conseils, des astuces, des tuyaux. Elle vient plusieurs mois, assez régulièrement pour que j’enregistre et retienne ce qu’elle me dit :
– Une anorexique ne s’en sort jamais. Ce sont souvent des belles filles, qui se trouvent trop grosses ; qui veulent maigrir et se trouvent enchaînées par ce piège qui devient mental…. Elles sont roublardes, malignes, font semblant de prendre à manger mais le jettent quand on a le dos tourné. C’est un peu comme l’alcoolique qui planque la boisson, ment, prêt à faire quatre fois le tour de la ville pour satisfaire son manque.
Je souris en écrivant cela. Cette expression est de mon papa qui racontait que dans le « stalag » où il était prisonnier à la frontière polonaise, il a vu des camarades mourir pour avoir échangé leur peu de nourriture contre un peu de tabac. Ou ce résident à l’Armée du Salut qui avait peint en blanc sa bouteille de « rouge » pour faire croire à du lait !

Cette brave aide-soignante me raconte que les anorexiques sont littéralement enfermées sans rien pour les distraire, ni radio, ni télé, pour les pousser à réfléchir à leur situation….

L’une d’elle qui fait 32 kilos veut aller à un mariage aux États-Unis.
– Vous ne partirez que si vous atteignez 39 kilos !
Alors, me dit l’aide-soignante, en temps voulu, la maligne est montée à 39 kilos et elle est partie. Mais peu de temps après son retour, elle est redescendue à … 32 kilos !
« Alors, vous voyez ! » Hé oui, je vois. Alors quoi faire ?

Jour après jour, Dieu m’éclaire… « Passe du temps avec elle, parle-lui, va l’amener à l’école, la chercher pour qu’elle perde le moins d’énergie possible. Montre-lui beaucoup d’Amour, sois à son écoute ! ». Alors, voilà, merci Satan, pour les bons conseils des spécialistes qui ont raison. Un anorexique ne s’en sort pratiquement jamais vraiment. Heureusement qu’il existe le SPECIALISTE des spécialistes, qui conseille. Alors allons-y, amenons notre chère fille à l’école le matin et à quatorze heures, recherchons-la midi et soir.
Petite pointe de tristesse quand je vois mon « tas d’os » si frêle, si fragile au milieu des autres jeunes filles dynamiques, sveltes, sportives. Mais par la communion avec Dieu, le dialogue avec lui, les conseils donnés jour après jour par Sa Parole, vous reprenez confiance. « Vous aurez des tribulations dans le monde, mais prenez courage, j’ai vaincu le monde » (Jean 16 v 3). Vous délaissez certaines charges non indispensables pour vous consacrer au « trésor » que Dieu vous a donné. Que servirait à un homme de gagner le monde entier s’il perdait… sa fille (Matthieu 16 v 26). Alors, vous trouvez beaucoup de temps pour elle. Chaque soir, très longue balade dans les champs, les prés, avec beaucoup d’échanges, de dialogues.

– Tu sais, papa, je me sens happée par la mort.
– Oui, ma fille, mais tu sais, on va gagner, le Seigneur va t’aider. Il t’aime et veut se servir de toi…

Et jour après jour, c’est la communion d’amour ensemble. Mais on n’est pas tous seuls, il y a la communion fraternelle (comment dit-on pour la communion entre sœurs ? Un mot à inventer. Faites fonctionner vos méninges). Et gloire à Dieu quand elle est associée à la communion Paternelle. Oui, vous l’avez compris, c’est bien la Communion avec le Père céleste. Il vous aide.
Notre « puce » est invitée par la maman qui en douce nous dit : « Je vais te la remplumer ». Pauvre petit oiseau déplumé. Alors merci maman pour ton aide. Pour ma part, je téléphonerai tous les jours, je viendrai une fois par semaine et je vous emmènerai dans les Vosges au bon air vivifiant. Il faut être patient.
« Soyez patients dans l’affliction. Persévérez dans la prière ». Romains 12 v 12
« Fortifiés à tous égards par sa Puissance glorieuse, en sorte que vous soyez toujours et avec joie persévérants et patients. » Colossiens 1 v 11

 

Et un jour… quel beau jour !
– Papa, maman, j’ai quelque chose à vous dire… Pardon car je vous ai menti. Avant de me peser, je buvais un ou deux litres d’eau pour vous faire croire que j’avais grossi, je jetais tous les gâteaux que vous m’offriez, je, je, je…
Nous sommes tous les trois dans les bras l’un de l’autre. Nous pleurons. Pour moi, c’est de joie… Ouf, l’abcès est percé, la guérison arrive. Et c’est ce qui se passe, notre fille retrouve son cycle perdu. Quelques années plus tard, elle se marie ! Dieu lui accorde deux beaux garçons. Le plus âgé s’est marié l’an passé et un magnifique petit Tom est venu égayer ce jeune foyer… Et les heureux grands parents (et arrière grands parents).

Courage pour vos problèmes. Dieu est Fidèle et Tout puissant.

André