DE SOLO A DUO (13)

Frère Kennel m’avait bien recommandé, pour aller à une réunion en semaine :
– Téléphone au Pasteur Jean Petterschmitt de Mulhouse, qui a ouvert une salle de réunion à Thann.
Obéissons ! Depuis une cabine, chic, je l’ai du premier coup ;
– Bonjour, Frère, je suis André Kestel, collaborateur de Frère Kennel. Je viens m’enquérir des horaires et des lieux de réunion à Thann.
-Ah, Frère, c’est le Seigneur qui t’envoie. Dimanche je dois aller prêcher en Allemagne. Tu me remplaceras à Mulhouse et jeudi, un Frère ira vous chercher et ramener pour la réunion de Thann.

Même là, (à Villers-sur-Thur) il n’y a point de repos pour toi (Esaïe 23 v 12) 🙂

Le dimanche, bus jusqu’à Mulhouse et prédication dont je n’ai gardé aucun souvenir. J’ai voulu interpréter un chant, mais…le mariage et l’émotion m’avaient fait perdre les paroles du deuxième couplet…Piètre jeune marié, pasteur mais…oublions nos trous de mémoire et constatons que ce petit groupe qui rassemblait une trentaine de personnes il y a 48 ans, rassemble maintenant 2000 personnes dans un vaste bâtiment.
Tout le monde en France, suite au Covid 19, a entendu parler du rassemblement Évangélique de Mulhouse. Comment ? Etes-vous le seul à Jérusalem à ne pas le savoir ? (allusion au récit des pèlerins d’Emmaüs dans Luc 24 v 18). N’empêche que ce petit groupe créé par « papa Jean » est devenu une des plus grandes « mégachurchs » de France. La persévérance paye.
« Ceux qui par la Foi et la persévérance héritent des promesses. » Hébreux 6 v 12

Le temps passe très vite. Ça y est, dernier jour. Examen de permis de conduire pour Simone à huit heures dans une rue très passante. Prière confiante avant qu’elle n’affronte l’examinateur… Et retour deux heures plus tard, le regard souriant : « Ça y est, André, je l’ai. ». Ouf ! C’est l’heure du train, mais quel barda ! C’est bien, ces merveilleux chrétiens nous ont amenés à la gare en voiture, mais à Chaumont, personne ne nous attend ! Tout près de la gare, chargés comme des mulets, Bernard passe par hasard et se propose de nous aider à porter nos nombreux paquets. Le premier problème est réglé (le permis). Le second trouve sa réponse à la maison : « Vous êtes nommée à Vaudémont », petit village de 99 habitants, loin de toute communication. The Big Problem, c’est the car !!!
Je vais être le spectateur curieux des merveilleuses méthodes du Seigneur…

Nous rendons visite à mes parents et là, surprise, ils me disent :
– Nous avons voulu partager la moitié des deux repas de mariage au restaurant, afin de partager avec le papa de Simone. Il a refusé en indiquant que c’était leur cadeau de mariage. Alors nous vous offrons cette part.
Ils me remettent trois mille francs et maman, malicieusement, me dit : – Ce sera pour l’achat d’une voiture…

Dernier petit problème : Je n’ai aucune connaissance des voitures… Que faire ? Je reçois la visite d’un jeune homme qui vient depuis peu et qui me dit :
– A Biesles (à 13 km, 13 côtes) chez un garagiste, j’ai vu une voiture qui vous conviendrait !
– C’est quoi ?
– Une 3CV
– C’est quoi une 3 CV ?

Il travaille dans un garage alors il me fait une description mais mes connaissances qui avoisinent le moins zéro ne me permettent pas de deviner à quoi ressemble cette 3 CV. Alors patiemment, il va chez lui et me ramène une photo : – Ah, mais c’est une AMI 6 Citroën » (mes connaissances vous épatent, soyez honnêtes, dites-le…). Oui, mais treize km…

Est-ce un complot ? Le soir-même Benoît vient me trouver avec son véhicule :
– Je vous amène voir l’AMI 6 !

Le garagiste est complaisant :
– Je vous referai ceci, vous changerai cela, je la repeins et changerai les sièges !
-Très bien, mais combien ?
-Trois mille francs. Appelez-moi dans quinze jours, elle sera prête, je vous la ramène.

Mais quinze jours plus tard, il m’annonce :
– Ça m’a coûté plus cher que prévu. Pour rentrer dans mes frais, il faudrait que je la vende trois mille cinq cent francs !

Ok mais je n’ai que trois mille francs pour la voiture. Déçu, je donne néanmoins mon accord… mais le garagiste me rappelle un quart d’heure :
– J’ai bien réfléchi, je vous la laisse à trois mille francs et vous offre deux pneus neige en plus si vous voulez !

Comblé, équipé, reconnaissant… En avant dans la joie au service du Seigneur.

 

André