prière postes taggés

Une enfant donnée par DIEU

Un des combats les plus rudes que j’ai dû mener, mais pas seul, accompagné du Seigneur, fut celui de la guérison de ma fille aînée.

Lors de sa naissance, j’étais rempli de Joie. Enfin un bébé, attendu après deux ans et trois mois de mariage. Je n’étais pas tout jeune lors de mon mariage (trente et un an et demi) et mon épouse aspirait à avoir un enfant rapidement (elle avait cinq ans de moins que moi !).
Chaque matin, c’était pour elle une très profonde déception et elle me demandait avec insistance: « André, s’il te plaît, prie ». Pour lui faire plaisir, je le faisais avec elle, mais sans la foi qui est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas (Hébreux chapitre 11 verset 1)...

DE SOLO A DUO (5)

Chose promise, chose due, Simone tient la promesse de m’envoyer le catalogue édité par son Église pour les prêts gratuits de films fixes et de flanellographes avec des livrets de leçons pour enfants en fonction de leur âge. Super ! J’étudie tout cela, je fais une commande de ce qui me paraît intéressant compte tenu des enfants susceptibles d’assister au culte du mercredi.

Bien sûr, au passage, je glisse amicalement quelques nouvelles de l’œuvre à Chaumont qui progresse doucement mais sûrement, me semble-t-il…

A l’époque de mes commencements dans le service, Maurice, un excellent ami de l’Institut Biblique, commençait aussi une ouvre pionnière dans un arrondissement parisien pauvre en témoignage chrétien...

Sauvé par un clochard

Une lecture de ce matin m’a interpellé.

Un ami de Charles Simon, prédicateur du 19e siècle, a découvert que même après sa retraite (suite à 54 ans de ministère) celui-ci continuait à se lever très tôt tous les jours pour prier et étudier les écritures. Lorsqu’il lui suggéra de lever le pied, il a rétorqué :  -Je devrais maintenant arrêter de courir de toute mes forces alors que la ligne d’arrivée est en vue ?

Personne ne sait réellement quand sa ligne d’arrivée sera en vue. Pour ma part, j’ai à peine 50 ans de ministère mais je réalise qu’il faut que je l’applique à raconter toutes les choses merveilleuses vécues avec mon Créateur.

Je suis au printemps 1971 à Chaumont, où j’exerce mon ministère depuis moins d’un an...

Cas d’urgence !

Combien nous avons besoin que Dieu nous garde dans notre vie morale ! Combien nous sommes fragiles ! Ce n’est pas David, un homme selon le cœur de Dieu (Actes 13 v.32) qui me contredira, lui qui s’est fait lamentablement piéger sensuellement alors que ses troupes étaient au combat …
Un homme de Dieu a dit un jour que dans ce domaine, nous étions tous dans la même arène, aux prises avec les mêmes combats. Si je dévoile des moments intimes de ma vie personnelle, c’est pour affirmer que même dans les moments les plus délicats, là où on est le plus fragile, le Seigneur est prêt à nous aider. Il en est capable.

Nous sommes en février 1962, je termine mon stage de dactylo à Beni Messous. Un camion nous amène très tôt à la gare d’Alger...

La prière d’un ado

Nous sommes en novembre 1971. L’appartement où je loge à Chaumont n’est pas encore fonctionnel, aussi mon lieu d’habitation est la salle de réunion : un lit derrière le comptoir qui me sert de chaire, une gazinière derrière le rideau, quelques ustensiles de cuisine, un évier. Une table devant la porte d’entrée de la salle devient ma salle à manger. Je me sens bien, à ma place, le Seigneur est là. Que demander de plus ?

Jean-Luc, 14 ans, le fils d’une chrétienne de l’assemblée a une idée :
– Nous avons de l’isorel qui ne sert pas dans la cave de mes parents. Que dirais-tu de confectionner des panneaux et d’y coller des affiches avec des versets bibliques percutants ? Nous pourrions les fixer devant les 2 grandes vitrines de notre salle (l’ancien café des tanneries)...

Voir la mort de près

Lorsque j’étudiais à l’Institut Biblique, la prof d’histoire nous avait demandé d’écrire une biographie d’un personnage qui nous avait plu et j’avais choisi Bernard Palissy (1510-1590). Il a découvert les émaux, œuvres artistiques débordantes de vie et de coloris : statuettes, vases, aiguières, coupes, plats ornés de poissons, de reptiles, de fruits, d’insectes, flambeaux, corbeilles, groupes représentant des sujets de l’histoire sainte …
Ce qui m’avait frappé, c’est son adhésion à la Réforme qui l’a conduit à la prison malgré la protection, entre autres, de Catherine de Médicis, grande admiratrice de son art.
Appelé à Paris, il travaille au Louvre...

Des chemins tout tracés

Comment Dieu va-t-il me diriger ? Je ne le sais pas encore, mais Lui le sait. « Il ne refuse aucun bien à ceux qui marchent dans l’intégrité » (Psaumes 84 v.12) alors ma part est de Lui demander et de m’attendre au meilleur pour moi.
Mamita, la cuisinière espagnole de l’Institut biblique me dit un jour : – André, yé wou woi, ye sait wotre problème et yé prie pour wou !
Depuis sa fenêtre aux nombreuses vitres, elle voyait en effet les nombreux étudiants soucieux de rechercher le plan de Dieu pour leur avenir et priait pour eux. Merci Mamita !

Toujours à l’écoute de la volonté de Dieu pour moi, je me lève très tôt un matin afin de me rendre au salon des garçons – là, tout est calme encore, la ruche n’est pas encore éveillée et je me sens bien dans un face-à-face avec mon Cr...

Les petits commencements (1)

Nous sommes vers la mi-septembre 1970. Cela fait 2 ou 3 week-ends que je viens à Chaumont. J’ai officiellement la responsabilité de quelques chrétiens de cette ville- certains plus satellites qu’attachés à Christ – dans laquelle je suis chargé de présenter l’Évangile.
Le samedi soir, après la réunion de 15h où je partage simplement la parole de Dieu, un des rares jeunes du petit groupe, Benoît 15/16 ans, aime rester avec moi et partager mon repas fait de casse-croûte ou de tartines.
Il me parle très librement et m’ouvre son cœur :
– Pouvez-vous prier pour moi car j’ai toujours peur ?
Je le regarde sceptique. Il est bâti comme « une armoire à glace » et a des mains comme des taloches d’apprenti maçon...

La foi et la persévérance héritent des promesses

Il me revient en mémoire une histoire arrivée à un enfant de 8 ans. Il s’agit d’Erino Dapozzo, un évangéliste italien avec qui j’ai correspondu et surtout avec son épouse Marguerite après le décès d’Erino en 1976. Un couple au cœur admirable et fort altruiste.
Permettez-moi de raconter une aventure de ce frère lorsqu’il avait 8 ans, en 1913.
Il avait l’habitude d’acheter 1kg de pain pour la famille mais un jour sa maman lui dit : – Il nous manque 20 centimes, ne prends qu’une livre !
Une livre, alors que nous sommes 5 enfants à la maison, pense Erino.… Il décide alors de prier de cette manière : -Seigneur tu sais que je ne suis pas ton enfant, mais ma maman l’est ! Tu sais comme elle est gentille...

Le sanctuaire de Dieu (1)

A Londres pendant la 2ème guerre mondiale, abrité sous un ensemble de bâtiments administratifs, se trouvait un vaste quartier général souterrain, comprenant plus de 150 pièces toutes quotidiennement utilisées.
Winston Churchill l’appelait « le lieu secret », d’autres « le trou ».
On pouvait y trouver, entre autres, toutes les cartes du monde, la grande pièce des ministres dans laquelle tous les stratagèmes ennemis étaient examinés et analysés par les meilleurs savants en la matière. Les immenses standards téléphoniques donnaient sur des lieux encore plus secrets où les grands chefs, généraux, amiraux, scientifiques, communiquaient avec leurs homologues alliés. Toute cette activité souterraine contribua à la victoire finale des Alliés en  1945 (1).

J’ai, pour ...